Vous êtes ici : Accueil > Saint-Jean > Les parvis > les fêtes
Fête de la musique et feux de la St Jean 2008
mercredi 4 février 2009

Par un hasard du calendrier, cette date correspondait à la fois àla Fête de la musique et aux feux de la Saint Jean. Il n’en fallut pas plus pour donner àquelques membres de notre équipe l’envie de marquer le coup, en faisant d’une pierre deux coups. Les premiers passants, pour la plupart informés de nos festivités se présentèrent vers 11h, pour un apéritif musical. Doriane et ses filles avaient apporté un ordinateur portable avec karaoké : l’ambiance chantante et rieuse s’installa très vite. Durant l’après-midi, quelques paroissiens et quelques badauds goà»tèrent un concert d’orgues, donné successivement par deux organistes. Dehors, la deuxième partie de la journée se préparait. On installait la sono. Cédric, qui est chanteur et conteur, vint nous prêter main-forte, et àpartir de 17H30 nous interpréta des chansons qu’il avait écrites et composées. Nous avions installé une bonne vingtaine de chaises en cercle. Et nous n’eà»mes pas grand mal àles remplir. L’heure avançant, il fallut aller chercher d’autres sièges, car les gens venaient pour voir, trouvaient ici ou làune ou l’autre connaissance, et passaient finalement la soirée avec nous. Vers 19h30, grâce aux bons soins de Joseph, Stéphane, Claude et Serge, deux feux furent allumés : le feu de la saint Jean, et le barbecue. Alors que le premier jetait ses premiers feux, Eric prit la tête d’une séance de danses d’Israë l. Nous fà»mes au moins une quinzaine à nous laisser transporter par ces danses priantes ; et même ceux qui restaient assis sur leurs chaises se dandinaient et tapaient des mains. Notre joie était communicative. Entre temps, nous installâmes les plats et boissons que chacun avait ramenés pour les partager avec les autres. Quiches, salades composées, pâté et grillades soigneusement rôties composèrent notre repas, accompagné de bière, de vin et de jus de fruits. Pendant que nous déjeunions, le karaoké de Doriane avait repris place près de la sono. Kilien et Philippe improvisèrent àcette occasion une mémorable chorégraphie sur la « Tactique du gendarme  » de Bourvil. L’ambiance était àla rigolade. Les organisateurs avaient prévu de finir la soirée vers 20h30, mais c’est à23h30 que la fête prit fin. Tous ceux qui étaient là se sentaient bien, et ne voulurent pas rentrer si tôt. Il y eut des enfants, des jeunes, des moins jeunes, des anciens. Tout ce beau monde put goà»ter àla joie fraternelle de Saint Jean, cette joie qui transpire de nos offices, et que nous voulons toujours plus belle, toujours plus vive.

Philippe


 

Accueil | Plan du site | Contact